Aryones Ithkari

Primeur de la Lumière Céleste… Tel était son nom…"

Aryones était le héros ultime de l'Enclave. Sa puissance et son talent étaient inégalables, et tout le monde l'adorait. Et même s'il était suivi par des cohortes de partisans, il restait égal à lui-même. Aryones n'était pas arrogant, simplement bon et juste. La vengeance ne l'intéressait pas, il était droit et vertueux. Jusqu'au jour où son âme fut corrompue par un mal que l'Enclave n'eut jamais cru possible...

Né dans une famille haut placée de la Maison Torque, Aryones Ithkari avait toujours eu une vie facile et joyeuse. La nature l'avait doté d'un physique ravageur, mais aussi de grandes aptitudes au combat et d'un esprit vif et animé. D'un regard, il réussissait à conquérir les cœurs et convaincre les plus dubitatifs. Ceux qui le suivaient lui étaient éternellement loyaux grâce à son cœur pur. Dès son enfance, il ne faisait aucun doute que son avenir serait glorieux ; il ne lui restait plus qu'à suivre sa destinée.

Lorsque Carnyx fut libéré de la Glace Éternelle, l'Enclave fut totalement prise au dépourvu par une race de créatures très hostiles ressemblant à des oiseaux : les Vhuuls. Aryones Ithkari, champion de Torque et héros de tout un peuple, demanda l'autorisation de mener campagne pour débarrasser Carnyx de ces volatiles. L'Enclave applaudit une telle démonstration de bravoure et envoya donc un large contingent de forces vers Carnyx sous le commandement d'Aryones Ithkari.

Hélas, ce que ni l'Enclave ni Aryones ne savaient, c'était que les Vhuuls étaient menés dans l'ombre par l'Archfell, une créature qu'ils n'avaient encore jamais vue. Quand Aryones arriva sur Carnyx, il ne perdit pas un instant et chargea les troupes vhuules de plein front. En retour, les hauts prêtres de l'Archfell l'attaquèrent de toute leur puissance. Aryones combattit avec tant de fougue et de bravoure que ses troupes, captivées par tant de courage, virent leurs forces décuplées et se joignirent à leur leader avec une telle rage de vaincre qu'il était impossible de leur résister. C'est à ce moment, alors que la victoire allait être déclarée, qu'Aryones tomba nez à nez avec un Vhuul qui s'était subrepticement faufilé près du héros. C'était l'Archfell.

Levant à peine un doigt, l'Archfell prononça les derniers mots d'un ancien sortilège et, la seconde d'après, Aryones tomba à genoux, la tête entre les mains, hurlant à l'agonie. Ses soldats furent les témoins impuissants de la lutte de leur héros contre la corruption et la folie qui gagnaient son esprit. Emplis d'une rage incommensurable, ils tentèrent de charger les Vhuuls qui se dressaient entre eux et Aryones, mais plus ils se rapprochaient de leur chef, plus les Vhuuls se faisaient nombreux et formaient un rideau infranchissable. En cinq minutes à peine, l'armée de l'Enclave fut repoussée par les Vhuuls vers le quai de débarquement rudimentaire qu'ils avaient construit. Les soldats étaient démoralisés par la perte de leur camarade et commandant bien-aimé. Tout semblait perdu et personne n'aurait imaginé possible ce qu'il se passa cette nuit là…

Aryones Ithkari réapparut.

Avec toute la détermination qui le caractérisait, la Primeur de la Lumière Céleste marcha en direction du général qui avait pris sa succession. Avant même qu'il ne pût dire un mot, Aryones lui trancha la tête d'un coup net et précis de son épée. Les soldats n'en crurent pas leurs yeux : leur général venait de se faire assassiner, devant eux, par Aryones ! Enlevant son casque, il s'adressa à ses troupes : tous ceux qui ne rejoindraient pas ses rangs perdraient la vie le soir même. En ce jour, il devint bien plus que la Primeur de la Lumière Céleste ; il devint le Seigneur de la Souffrance, le Destructeur de l'Enclave ; il devint le Marteau des Ombres !

Ces mots étaient en totale contradiction avec l'esprit initial de la campagne. Cependant, tous ceux qui les entendirent se trouvèrent dans l'incapacité de s'y opposer et, pire, se sentirent comme étrangement séduits par la proposition. Parmi les soldats, seuls les Daevis comprirent la folie de ces déclarations, comme insensibles au chant de sirène de leur commandant. Hélas pour eux, le Marteau des Ombres tint sa promesse et trancha la gorge de tous ceux s'opposèrent à lui.

Quant aux autres, ils reçurent le nom d'Arionites ! La Guerre du Marteau des Ombres commença alors.

En vérité, l'âme même d'Aryones avait été arrachée de son être par les énergies corruptrices de l'Archfell et son esprit avait été manipulé de telle sorte qu'il puisse être contrôlé : Aryones n'était plus qu'une marionnette dont l'Archfell tenait les ficelles. C'est ainsi qu'Aryones fut amené à lancer sa nouvelle armée dans une sinistre mission : le massacre d'un camp de citoyens de l'Enclave. En quelques jours, Carnyx tomba entre les mains d'Aryones et le conseil de Carnyx qui avait la garde du Sceau Barbare fut brutalement assassiné. La destruction fut si minutieuse que le reste de l'Enclave n'apprit la trahison d'Ithkari que de longues semaines plus tard. Son arrestation fut immédiatement ordonnée, mais personne ne put arrêter le Marteau des Ombres, chaque tentative s'achevant par un cuisant échec.

Les Arionites commencèrent alors peu à peu à corrompre d'autres humains hors de Carnyx et à les convaincre de se joindre à leur cause. L'Enclave n'eut pas d'autre choix que de leur déclarer une guerre totale.

Vingt ans après le début de cette guerre fratricide, la vérité derrière l'envoûtement dont Aryones était victime fut enfin découverte par des érudits de l'Enclave et, parmi eux, un groupe qui s'était entièrement dévoué à la recherche d'informations sur les Vhuuls s'afficha publiquement. Ce groupe de savants et de guerriers se faisait appeler les Francs Tireurs et affirmait avoir trouvé la solution parfaite : tuer l'Archfell pour mettre un terme à sa domination sur l'esprit d'Aryones. Un plan fut donc élaboré dans le but d'assassiner l'Archfell et de rapatrier Aryones, qui serait alors blanchi de ses actes passés.

Et c'est ainsi que deux assassins des Maisons Maul et Shroud pénétrèrent sur l'éclat de Carnyx, ravagé par le conflit, et s'infiltrèrent dans l'antre de l'Archfell. Avant que celui-ci n'ait le temps de repérer la menace, ils lui tranchèrent la gorge et séparèrent sa tête de son buste. Aryones Ithkari, quelques pas plus loin, tomba à genoux, affaibli par la disparition des magies corruptrices qui contrôlaient son esprit.

Mais tout ne se déroula pas comme prévu. Même sans l'influence directe du sortilège de l'Archfell, l'esprit d'Ithkari était encore marqué par plus de vingt ans de conditionnement vhuul et ne pouvait plus être sauvé. Il releva la tête, regarda ses sauveurs droit dans les yeux, puis, d'un bond rapide comme l'éclair, il passa les deux roublards par la lame pour lui avoir "fendu l'esprit".

Aryones était néanmoins très affaibli par mort de l'Archfell. Il n'était plus le Marteau des Ombres que de nom. Il sortit péniblement hors de la ruche des Vhuuls et se trouva face aux soldats de l'Enclave qui attendaient le retour des deux assassins. Ils le virent émerger de la ruche, couvert de sang humain et totalement délirant, et le capturèrent sans difficulté. Il fut immédiatement transféré à Quarterstone pour y être jugé pour ses actes de trahison.

Aryones Ithkari fut alors condamné à la peine capitale pour ses crimes contre l'Enclave. L'exécution devait avoir lieu le plus rapidement possible afin d'éviter toute tentative des Arionites pour l'empêcher. La Maison Rune proposa alors un plan aux autres représentants de l'Enclave : elle se chargera d'amener Aryones au cimetière de Quarterstone pour l'y exécuter en silence, sans attirer l'attention. Son corps serait ensuite enterré dans la crypte d'un marchand inconnu et sa tête sera jetée dans la Fosse adjacente au cimetière. Pressés par le temps, les dirigeants des autres Hautes Maisons acceptèrent la proposition et remirent Aryones Ithkari aux mains de la Haute Maison Rune.

La dernière heure de la Primeur de la Lumière Céleste avait sonné.

Réactions


Personne n'a encore réagi. Soyez le premier.

Que pensez-vous de The Chronicles of Spellborn ?

199 aiment, 66 pas.
Note moyenne : (265 évaluations | 19 critiques)
5,6 / 10 - Assez bien
Evaluation détaillée de The Chronicles of Spellborn
(17 évaluations détaillées)

Evaluer ce jeu