Evhiel Muaun

"Le plus grand héros du monde de Spellborn est en réalité une héroïne, qui non seulement sauva l'Enclave, mais rétablit aussi le dialogue entre l'Enclave et l'ordre du Veridan, porte-parole de l'Oracle."


Evhiel Muaun est née en 913 près du Cercle Fruitier sur l'éclat de Mont des Héros. Son enfance ne fut pas facile. Dès son plus jeune âge, Evhiel fut confrontée aux atrocités de la Seconde Guerre des Hurleurs : un flot incessant de blessés et de guerriers tombés au combat se déversait quotidiennement dans le Cercle Fruitier en provenance de Boltfort. Parfois, des Hurleurs arrivaient même à se frayer un chemin à travers la forêt toute proche. Ces images laissèrent une marque indélébile sur Evhiel, qui se promit de tout faire pour que les souffrances dont elle était témoin ne se reproduisent jamais à l'avenir.

À 18 ans, Evhiel entendit une voix lui ordonnant de se rendre au Temple de la Conscience sur l'éclat de Quarterstone. Elle fut tellement choquée de pouvoir entendre une telle voix qu'elle pensa avoir perdu la raison. Néanmoins, espérant faire taire cette voix, elle quitta son travail d'infirmière auprès des valeureux guerriers de la Confrérie du Glaive qui protégeaient Mont des Héros. Et c'est ainsi que, des quais de Westdell, elle s'élança vers Quarterstone.

Une fois sur place, elle se rendit au Temple de la Conscience situé au cœur de la ville. Quelle ne fut sa surprise en découvrant que l'Enclave avait bloqué l'accès au Temple ! Essayant, en vain, d'entrer dans ce saint lieu, Evhiel vit de ses propres yeux à quel point la corruption et l'idolâtrie avaient gangrené les Hautes Maisons, mais aussi la majeure partie des citoyens de l'Enclave. Les voix avaient stoppé mais quelque chose d'autre prenait l'ascendant sur elle. Elle se souvint alors de la promesse qu'elle s'était faite dans son jeune âge et jura de nouveau de tout mettre en œuvre pour faire cesser la décadence de l'Enclave et la guider vers un glorieux avenir.

Elle décida donc de rester sur Quarterstone. Grand bien lui en prit, car elle découvrit rapidement qu'elle n'était pas seule dans cette mission. Le Veridan, dont les disciples étaient en contact avec l'Oracle, prit contact avec cette "jeune éhontée qui avait essayé de pénétrer dans le Temple". Le Veridan était toléré par l'Enclave, mais ses disciples avaient reçu l'interdiction de quitter le Palais. Prison de luxe, certes, mais qui n'avait pas empêché certains d'entre eux de tout faire pour garder le contact avec l'extérieur. L'arrivée d'Evhiel avait été accueillie comme une excellente nouvelle.

Au fil des ans, de nombreuses personnes se joignirent à Evhiel, formant un groupe de partisans loyaux envers les préceptes de l'Oracle, mais indépendant du Veridan. Ce groupe de dévots de l'Oracle était une épine dans le pied des Hautes Maisons, mais comme ils n'avaient aucune prétention politique et ne militaient pas ouvertement, il était difficile de les mettre au pas. Néanmoins, les Hautes Maisons finirent par décider d'arrêter Evhiel afin que sa loyauté envers l'Enclave soit soumise à jugement.

Evhiel fut interpellée par le champion de la Maison Maul en personne, Tykaru Reywing, qui la traîna devant un tribunal de l'Enclave. Là, face à ses détracteurs, elle inversa totalement les rôles en mettant l'Enclave sur le banc des accusés : au lieu de se défendre face à ses accusations, elle pointa du doigt la corruption de l'Enclave et la condamna avec force et véhémence, véritable soufflet pour les dirigeants des Hautes Maisons qui se sentirent profondément insultés par ces attaques. Craignant qu'une simple expulsion ne fasse que renforcer la détermination farouche d'Evhiel et ne lui permette de rassembler une véritable armée, ils la condamnèrent à la prison sur le fragment du Beffroi des Gredins. Les citoyens de l'Enclave furent choqués par ce jugement, car le dernier cas d'emprisonnement datait de plus de 250 ans. C'est ainsi qu'Evhiel fut dès le lendemain déportée vers Beffroi, escortée par Tykaru Reywing.

Le voyage fut très long, le Beffroi des Gredins étant situé aux confins du Cercle Rougeoyant, si long que lorsque Tyraku et Evhiel arrivèrent sur le fragment, ils étaient tombés amoureux l'un de l'autre, au point que Tykaru en rejeta sa mission et promit à Evhiel de l'aider dans sa cause. Tykaru, champion de Maul, venait de trahir l'Enclave. Prenant le contrôle du vaisseau-roche et de son équipage, les amants s'enfoncèrent profondément dans le Deadspell pour se mettre hors d'atteinte de l'Enclave. Ils y restèrent longtemps, préparant patiemment leur retour.

Une décennie plus tard, Evhiel refit surface. Plus forte, sage et belle qu'elle ne l'était déjà, elle arriva sur Quarterstone et se présenta au Palais. Elle n'opposa aucune résistance aux gardes et leur offrit même sa reddition, à la seule condition qu'elle puisse parler au conseil de l'Enclave. À la fois intrigué et inquiet, le conseil donna son accord. Lorsqu'Evhiel prit la parole, ce fut pour adresser un avertissement à l'Enclave : son ancien amant, et ancien champion de l'Enclave, Tykaru était pris d'une folie sanguinaire irréversible. Certes, ils avaient tous deux souhaité renverser le conseil pour rétablir un ordre plus juste, mais Tykaru ne voulait pas seulement un coup d'État... Pour lui, la destruction et l'anéantissement de l'Enclave était la seule solution. Et, pour arriver à ses fins, il s'était même déjà allié avec des Expulsés, des Arionites et même des Glaivistes qui s'étaient déjà rebellés contre l'Enclave quelques années plus tôt seulement.

Evhiel ne partageait absolument pas les mêmes idéaux, cela allait à l'encontre même de ce qu'elle s'était promis dans sa jeunesse. S'agenouillant devant le Conseil, elle l'implora de la laisser pénétrer dans le Temple de la Conscience pour qu'elle puisse consulter l'Oracle. Hélas, le Conseil n'était pas encore enclin à croire Evhiel, et elle fut incarcérée dans une zone séparée du Palais.

Quelques jours passèrent, et les premiers signes de la rébellion de Tykaru se firent plus évidents. La guerre était aux portes de l'Enclave. Soudain, le conseil ordonna l'ouverture des portes du Temple et la libération des disciples du Veridan enfermés dans le Palais.
Enfin, Evhiel Muaun, après tant d'efforts, put entrer dans le Temple de la Conscience. Pas un seul mot ne fut prononcé, si bien que le Veridan lui-même en était abasourdi tandis qu'Evhiel restait immobile pendant des heures. Puis, soudain, elle disparut dans un éclair lumineux. Le Veridan garda le Temple et, le lendemain, Evhiel réapparut dans le même éclair lumineux. Elle raconta qu'elle avait voyagé dans une sorte de rêve ancestral que l'Oracle lui avait offert afin de lui révéler les moyens de combattre et vaincre Tykaru.

Aussitôt, Evhiel et le conseil se retirèrent dans le Palais. Le Veridan retrouva une entière liberté d'action et fut rétabli dans ses fonctions de gardiens du Temple de la Conscience. Durant les deux ans qui s'ensuivirent, l'Enclave combattit Tykaru et son armée de Pillards sous la tutelle d'Evhiel. Grâce à sa perspicacité, de nombreuses vies furent épargnées. Puis, soudain, en 950, Evhiel Muaun ordonna qu'on lui procure un vaisseau-roche et s'élança dans le Deadspell pour "confronter son ancien amant et l'attirer le plus loin possible de l'Enclave".

Quelques jours plus tard, elle avait effectivement réussi à l'attirer à une distance suffisante pour que l'Enclave soit hors de danger. Il était même alors possible de voir leurs deux vaisseaux se pourchasser au loin et s'éloigner dans les profondeurs du Deadspell, loin, toujours plus loin... si loin que, sans leader, les troupes de Tykaru se retrouvèrent perdues et ne furent plus une réelle menace pour l'Enclave. La victoire fut proclamée. En l'honneur de l'Oracle, les anciennes pratiques décadentes et le culte des fausses idoles furent abolis. Les jours glorieux qu'Evhiel avait promis étaient enfin arrivés. Mais elle n'était plus là pour les voir...

Nul ne sait avec certitude ce qu'il advint d'Evhiel et de Tykaru, même si le bruit court qu'ils sont tous deux bel et bien vivants, se pourchassant encore à ce jour…

Réactions


Personne n'a encore réagi. Soyez le premier.

Que pensez-vous de The Chronicles of Spellborn ?

199 aiment, 66 pas.
Note moyenne : (265 évaluations | 19 critiques)
5,6 / 10 - Assez bien
Evaluation détaillée de The Chronicles of Spellborn
(17 évaluations détaillées)

Evaluer ce jeu